Récit de Raba

40 ans • Homme • Algérien

Récit récolté par l’Observatoire Asile de Marseille

En Italique, les commentaires et précisions des intervieweurs, membres de l’Observatoire.

Raba (« Le Gagnant ») est algérien. Il est à Marseille avec sa famille depuis début 2017. Nous le rencontrons à SOS Voyageurs, un mardi après-midi de fin 2017.
Il est à SOS Voyageurs, orienté par le Secours Catholique pour acheter des billets de train pour lui et sa femme pour se rendre à Paris à la convocation OFPRA.
Il est très remonté par la situation dans laquelle il se trouve.

Je suis avec ma famille. J’ai trois enfants d’entre 10 et 16 ans. On a demandé l’asile en mars au GUDA. Je suis resté un mois dans la rue avec ma famille aprés le rendez vous avec la Plateforme. Aprés ils m’ont donné un papier d’1 mois et ensuite un papier de 9 mois. On était à l’hôtel. Nos enfants vont à l’école. Et au bout de 6 mois ils nous ont proposé un hébergement à 4h/ 5h de Marseille. J’ai dit que c’était pas possible, que mes enfants vont à l’école. J’ai montré les certificats de scolarité, tous les justificatifs pour ne pas aller là bas. Et là ils ont tout coupé, plus d’argent plus rien. On était dans la rue encore. J’ai fait 2 recours avec un juriste, j’ai dit que j’avais pas signé le refus, que j’avais juste demandé à ne pas aller loin pour mes enfants qui sont à l’école. L’assistante sociale nous a trouvé un foyer vers la Canebière, mais c’est pas l’asile. Y a pas d’accompagnement avec l’asile. C’est le 115. Parce qu’ils disent que j’ai refusé un CADA mais j’ai rien signé.

Je suis parti plusieurs fois au Rond Point du Prado (OFII) mais là bas ils ne te reçoivent pas et ils disent qu’il faut téléphoner, mais ils répondent pas au téléphone !

A la Plateforme ils m’aident pas. Pour aller à Paris l l’OFPRA j’ai des problèmes pour les billets, alors je suis venu à SOS Voyageurs. Ils ont payé les billets de train OUIGO. Mais on va dormir où avec ma femme ? Dans la rue là bas ? On va la veille et on ne sait pas où dormir et comment faire pour trouver l’OFPRA!

Y a pas d’asile d’ici, les gens sont dans la rue c’est pas l’asile ça… c’est foutu… Je me sens anormal, je fais des démarches mais j’ai pas de solution. J’ai fait deux recours à l’OFII mais pas de réponse. J’ai dit que je voulais bien aller là où ils disent, pour voir tout seul et emmener mes enfants ensuite.

Je veux donner le message. Il faut donner ce message aux responsables. Ce problème c’est pas que moi, peut être il y a 2 000 bonhommes comme moi dans la rue qui cherchent le chemin… moi je parle français, je cherche, je trouve mais il y en a qui cherchent toujours sans trouver…

Je félicite Robert du Secours Catholique, lui il m’aide. L’OFPRA ils avaient envoyé la convocation pour ma femme et pas pour moi, on était pas ensemble pour la convocation et la Plateforme elle a rien fait. J’ai demandé et Mustafa il a dit qu’il allait envoyer un mail mais il a pas donné de réponse, il a dit que je pouvais y aller avec elle et voir là bas… c’est une réponse ça ? Le Secours Catholique ils ont appelé l’OFPRA et c’était réglé en un coup de téléphone ! Maintenant on a reçu des nouvelles convocations ensemble, pour le même jour.

La Boutique Solidarité ils m’aident aussi. Ils aident aussi pour les billets de train.

Je fais des va et viens entre la Plateforme et le Rond Point du Prado (OFII). Au Rond Point du Prado ils ne respectent pas les personnes, les gardiens ils disent non et le téléphone quand tu appelles y a rien, pas de réponse. Ils te donnent le récépissé de 9 mois et tu restes sans rien…

C’est ça l’asile? Je savais pas que c’est comme ça l’asile…

Quand ils nous ont donné la place en CADA en dehors de Marseille, je ne connaissais pas les conséquences si je refusais, j’ai voulu que mes enfants continuent dans la même école… Ils m’ont pas hébergés pendant 6 mois, mes enfants sont allés à l’école ici et ensuite il faut partir…
Le 115 nous a aidé, à force d’insister on a eu une place au foyer, mais à la Plateforme il m’ont rien demandé, genre « où tu es avec tes enfants ? Comment tu vas ? ». Rien…

A l’OFPRA je vais dire tout ça, voilà l’asile ici. Parce que c’est pas normal.

Je me suis débrouillé seul ici. J’ai rien compris… pourquoi on est tout seul pour se débrouiller… ? Normalement je pensais qu’il y avait une assistance pour les enfants, pour voir l’école et tout… mais y a rien.

Il faut le courage pour écouter tous les problèmes des gens. C’est rare de trouver des associations qui écoutent.

Il faut faire des rapports aux responsables pour qu’ils sachent ce qui ce passe, qu’ils interviennent… Ils ont des budgets européens, c’est pas de leur poche ! C’est pour qui ? Pour quoi faire ? Ils font quoi ? Ils font quoi avec l’argent de l’Europe et des pays européens pour les demandeurs d’asile? Ou est mon argent ?