Bourses pour les doués en classe préparatoire (Maroc)

Extrait du Récit d’Aboubaker • 25 ans • Homme • Marocain

Les diplômés des classes préparatoires marocaines préfèrent poursuivre leurs études dans les grandes écoles françaises. Quiconque choisit cette filière d’étude fait déjà le choix au moins indirect de s’inscrire dans une trajectoire de migration.

Je pense que l’Etat Marocain encourage cette migration des cadres et des éléments les plus doués vers la France, parce que chaque année il finance des bourses et des centres de préparation à ces concours qui débouchent sur un départ de ses meilleurs éléments vers la France. En principe l’obtention de ces bourses est elle conditionnée à l’obligation de travailler 5 années au Maroc après avoir fini ses études. Mais en réalité, cette clause, mentionnée dans le contrat de bourse (d’un montant de 500 euros par mois, pour une durée de trois ans) n’est jamais appliquée.