Le savoir et la débrouille

Extrait du Récit de Mounir • 45 ans • Homme • Algérien

Ce qui m’a vraiment aidé ça a été de parler français et de bien savoir m’exprimer. Et de ne pas être trop “typé” maghrébin : je pouvais passer par un d’ici.

Et puis la débrouille : par exemple, pour trouver le nom d’une personne chargée d’un service à la Préfecture, j’ai changé plusieurs fois les derniers chiffres du numéro de téléphone du standard, jusqu’à obtenir son contact direct. Le fait de m’être adressé directement à la personne chargée du dossier a tout changé.

Enfin, il faut connaître la loi et ses droits, savoir se renseigner.

Par exemple, sous Sarkozy il y avait le “contrat d’accueil et d’intégration”. Je l’ai  signé au moment du changement de statut. J’ai accompli tout ce qu’on me demandait (test de langue, journée d’intégration…)  et quand je l’ai fait valoir à la Préfecture, ça a débloqué ma situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.